La vérité sur la pilule contraceptive

La pilule c’est pratique, et ne parlons pas des génériques ! (Cela ferait un bon spot publicitaire !)

La génération pilule…

Prescrite de manière presque automatique lors du 1er rdv chez le gynécologue en France, elle est la méthode de contraception préférée des Françaises puisque ces dernières sont parmi les plus grandes consommatrices de pilules au monde !

Mais en 2011, l’OMS a publié un rapport aux États-Unis démontrant que 8% des femmes qui prennent la pilule tous les jours pendant un an tombent enceintes de manière non-intentionnelle

C’est édifiant !

Elle n’est donc pas si contraceptive que ça notre fausse-copine…

Si seulement le problème s’arrêtait là… Elle constitue aussi un véritable danger pour la santé des femmes. Nous abordons le sujet dans cet article.

MAIS D‘ABORD, RETOURNONS EN COURS DE SVT….

La pilule agit de 2 manières :

  • Elle maintient artificiellement le taux de progestérone et d’œstrogènes qui met l’organisme dans un état comparable au premier stade de la grossesse (!).

  • Elle stoppe la production d’hormones stimulant l’ovulation par l’hypothalamus et l’hypophyse.

Résultat :

Blocage de l’ovulation, modification de l’endomètre (la muqueuse à l’intérieur de l’utérus) pour empêcher la nidation, et enfin modification de la glaire cervicale pour empêcher les spermatozoïdes de franchir le col de l’utérus.

Avec ça, on est paré… Ou pas !

DANS QUELS CAS EST ELLE PRESCRITE ?

  1. Acné ? Pilule.

  2. Cycles irréguliers et syndromes prémenstruels ? Pilule.

  3. Contraception ? Pilule.

C’est non seulement absurde, mais également dangereux !

Reprenons nos 3 exemples :

  1. Acné 

    L’origine est inflammatoire. Cela peut être dû à une mauvaise alimentation, une allergie alimentaire, des soins beautés inadaptés et comédogènes…

    Prescrire la pilule, connue pour son phénomène inflammatoire est un non-sens !

  2. Cycles irréguliers et syndromes prémenstruels

    Malnutrition, déficience calorique…

    Manger de manière équilibrée et bouger semble être la meilleure solution alors que la pilule augmente les carences en nutriments essentiels !

  3. Contraception 

    Il existe tant d’autres moyens bien plus efficaces ! J’en cite 3 en fin d’article.

QUELS SONT LES DANGERS DE LA PILULE CONTRACEPTIVE ?

  • Augmente le risque thromboembolique (Thrombose, Phlébite, Embolie Pulmonaire et AVC)

    La pilule multiplie par 6 le risque d’être victime d’une thrombose.

    En France, environ 2500 femmes par an ont un accident veineux attribuable à la pilule. Cette dernière est aussi responsable de 20 décès par embolie par an.

  • Augmentation du risque de cancer du sein, du col de l’utérus et du foie

    Le risque de cancer du sein augmente de 20 à 50% chez les femmes qui prennent la pilule.

    Par ailleurs, le Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC) qui dépend de l’OMS, a reconnu la pilule œstroprogestative (la plus prescrite en France) comme produit cancérigène de 1ère catégorie pour les seins, le col de l’utérus et le foie.

  • Entraîne des carences en nutriments essentiels

    Zinc, magnésium, sélénium, Vitamine C, vitamine B2, B3, B6 et B12 et Folate… Le foie en consomme davantage afin de métaboliser l’œstrogène.

  • Supprime des symptômes vous informant de votre état de santé

    Cycles irréguliers, absence de règles, douleurs prémenstruelles… Sont des indications fondamentales pour connaître votre état de santé.

    En période de malnutrition, famine, ou tout simplement de stress, le corps diminue naturellement sa production de progestérone pour vous garder en vie.

  • Dépression (surtout chez les adolescentes)

    Le risque de prendre des antidépresseurs augmente de 40% chez les femmes utilisant une contraception hormonale.

    Pour les adolescentes entre 15 et 19 ans ce risque s’élève à 80%.

  • Effets néfastes sur la santé bucco-dentaire

    La prise de la pilule est génératrice de gingivites.

  • Maman allaitantes :

    Jaunisse et augmentation mammaire du bébé, baisse de la quantité et de la qualité du lait maternel…

  • D’autres effets secondaires :

    • Migraines

    • Troubles de l’humeur

    • Rétention d’eau

    • Cellulite

    • Diminution de la libido

Il existe pourtant des solutions de contraception non-hormonale mais elles ne sont que trop rarement proposées aux femmes, comme le stérilet en cuivre, la symptothermie et tout simplement le préservatif.

  • Le stérilet en cuivre n’est pas réservé aux jeunes mamans, contrairement aux idées reçues.

    Il existe des versions « miniatures » pouvant être posées sur des jeunes femmes nullipares.

    Si votre gynécologue refuse de vous le poser, alors changez de médecin ! Il ne sait tout simplement pas le faire…

    Le risque de grossesse non désirée est de moins de 1%.

  • La symptothermie demande de l’entrainement et de l’autodiscipline. Idéal pour les femmes en couple qui ne supportent pas le stérilet. Plus d’informations ici.

    Le risque de grossesse non désirée est seulement de 1,8% !

  • Le préservatif est le moyen le plus simple et protège des MST.

    Le risque de grossesse non désirée est que de 5%.

  • Etc.

 

A vous de faire votre choix, en toute connaissance de cause. Il n’y pas de contraception idéale, Le tout est de trouver celle qui vous conviendra le mieux !

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez GRATUITEMENT - Mon livre de recettes
x